Juin 2018

cadre de hausse plein de miel

Le mois de mai s’est révélé très intéressant en termes de floraisons. Diversifiées et abondantes, les plantes mellifères ont offert à nos abeilles un terrain de jeu que nous n’avions pas vu depuis 3 ans. Le temps orageux a déclenché des belles montées de nectar dans les fleurs et nous a permis de procéder à la première récolte mi-mai. Une première en 5 ans qui nous permet de proposer un miel de printemps.

miel de printemps de montagne confidences abeilles ilovebeeach

Seule ombre au tableau : les essaims. Malgré toutes nos précautions (jeunes reines, changement de cadres, pose de hausses suffisamment tôt, équilibrage des colonies) au moins 1/3 des colonies a décidé d’essaimer. Il a fallu courir après les essaims de (trop) nombreuses fois. Bien que les premiers aient déjà réussi à remplir une haussette, les derniers ayant décidé de s’envoler vers de nouveaux horizons ont laissé des ruches souches très affaiblies.

compilation essaim confidences abeilles ilovebeeach
Un petit échantillon des essaims que nous avons pu récupérer en 2018

Dans la ruche

Dans la ruche donc, on retrouve 3 situations :

  • La ruche « normale » dans laquelle les choses se déroulent comme prévu. La colonie est donc en production et stocke du miel dans la partie supérieur, la hausse.
hausse bien remplie de miel confidences abeilles ilovebeeach
Une hausse de miel en cours de récolte
  • La ruche en phase de reconstruction ou post essaimage. La colonie s’est donc divisée en 2 il y a peu, la ponte s’est arrêtée le temps que la nouvelle reine naisse, devienne mature, soit fécondée, élimine d’autres prétendantes si besoin et reprenne le travail de sa mère. Dans certaines colonies, il est encore possible de trouver des cellules royales, les potentielles reines n’ont donc pas encore vu le jour. Nous devons accompagner ces ruches dans leur reconstruction sans quoi, elles ne seraient pas suffisamment fortes à l’entrée de l’hiver. Cela passe donc par de la stimulation (sirop eau et sucre ou un sirop de nourrissement dilué).
cellules royales confidences abeilles ilovebeeach
3 cellules royales sont visibles en bas de ce cadre
  • L’essaim « artificiel » ou naturel. Artificiel pour désigner les divisions de ruches que nous avons faites et dans lesquelles nous avons ajouté une reine sélectionnée. Dans les 2 cas, il faut aussi les accompagner jusqu’à ce que la population soit suffisamment importante pour leur permettre de subvenir à leur propre besoin voire même commencer à stocker du miel. Certains le font déjà, mais la majorité manque cruellement de population. On espère que le mois de juillet et d’août leur permettront d’attendre la taille minimale pour passer l’hiver dans de bonnes conditions.

Le miel

Les belles miellées de printemps nous ont permis de faire 2 premières récoltes avec les colonies les plus fortes. Dans les autres, le remplissage est en cours et s’il se poursuit à 500 m d’altitude, ce n’est pas encore le cas à 1300 m. La production de miel de haute montagne est incertaine pour le moment.

mise en pot confidences abeilles ilovebeeach
Désoperculation en haut et mise en pot en bas

Le mois de juillet laisse place à la récolte des fruits, des céréales et on voit déjà apparaître de grosses bottes de foin dans les prairies (anciennement) fleuries. L’abondance mellifère est donc terminée et nos abeilles vont devoir se concentrer sur un nombre moindre de sources florales. Il leur reste l’équivalent d’un mois de récolte pour engranger le plus de miel possible avant que le comportement global de la colonie ne se modifie. 

La suite fin juillet pour évoquer la dernière récolte. D’ici là, on vous donne rendez-vous plusieurs fois au cours de l’été pour assister gratuitement et en tenue d’apiculteur à une visite des ruches. Réservation ici. Ou encore sur Annecy, le 16 et 17 juillet prochains pour une dégustation, une surprise de taille et un beau concours !

L’équipe Confidences d’Abeilles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *